Immersion dans le passé

Ces derniers mois, j’ai avalé avec bonheur toute la série des romans historiques de Philippa Gregory, sur la guerre des deux roses et les Tudor. Soit 14 livres en tout. Ce qui est vraiment dommage, c’est qu’à peine la moitié est traduite en français. Une véritable injustice pour ceux qui ne lisent pas l’anglais ! Car il est vraiment important de pouvoir tous les lire dans l’ordre chronologique pour pouvoir se faire une vue d’ensemble de cette période troublée de l’histoire anglaise.

Lire la suite

Publicités

Nos obscurités

J’ai reçu mes exemplaires papier de mon nouveau livre « Nos obscurités ».

C’est toujours un moment très émouvant de tenir entre ses mains un ouvrage que l’on a conçu de A à Z, c’est une sensation à laquelle on ne s’habitue pas, l’émotion reste intacte à chaque nouvelle publication (et heureusement !)

BoD a encore une fois fait de l’excellent travail : la couverture brillante est douce au toucher, le papier est très agréable et l’impression impeccable !

Ces exemplaires sont réservés pour le salon de Tulle le 19 et 20 mai, puisque je lui garde l’exclusivité.

Toutefois, si vous souhaitez l’acquérir sans avoir forcément envie d’une dédicace, il est commandable sur la librairie de BoD (avec 2,99€ de frais de port).

Librairie BoD

Surprise !

#ExcluSalonTulle
Mon nouveau recueil de nouvelles, le quatrième, sera en avant-première pour le salon « Rencontres d’Encres » à Tulle le 19 et 20 mai prochain. La version numérique est dispo à tout petit prix (1,49€, prix de lancement), mais pour le papier, il faudra patienter après Tulle 🙂

eBook

4e de couv :
Nos obscurités, c’est cette zone un peu grise, où se rencontrent nos peurs, nos croyances et notre naïveté.
L’endroit précis où, pour peu que nous nous retrouvions seuls un soir d’orage, nous abandonnons la raison au profit de réactions viscérales.
C’est là que j’ai choisi de situer ce recueil, une poignée de récits qui ne vous feront ni sourire ni rêver. Des nouvelles qui n’exaltent pas les bons côtés de l’Homme, mais qui vont gratter la fine couche de civilisation.
Elle se révèle souvent bien fragile.
Êtes-vous prêts ?
C’est parti !

puzzle plein.jpg

L’envers du décor

Les salons littéraires, c’est bien souvent l’occasion de faire de très belles rencontres : lecteurs, auteurs, passionnés de livres de l’organisation…

Mais, il faut être honnête, c’est aussi parfois des moments très WTF, décalés, drôles ou carrément hallucinants. Des souvenirs qui font rire quand suffisamment d’eau a coulé sous les ponts pour avoir le recul nécessaire (parce que quelquefois, hein, il faut mobiliser tout ce que l’on possède de patience et de diplomatie pour ne pas exploser).

Mon florilège, sous forme de top 5, des deux côtés de la table et côté orga. Lire la suite

Zombies

« Oh la la, encore ? » vous dites-vous, à juste titre.

Oui, encore. Je ne me lasse pas de lire des histoires de zombies, surtout si elles sont intelligemment traitées. C’est d’ailleurs souvent le cas ! Les lecteurs frileux passent leur chemin, alors qu’il y a de véritables pépites dans le genre post-apo.

Celui que je viens de lire, par exemple, gentiment fourni par l’auteur. Ecrit par Bouffanges, un auteur autoédité, Zombies m’a autant enthousiasmée que 1,2,3 …Zombies ! dont je vous ai parlé il y a quelques semaines, ici.

Résumé :

Lorsque les morts se mettent à sortir de leurs tombes, les questions fusent : Comment est-ce possible ? Quel danger ces zombies représentent-ils pour les vivants ? Que faire d’eux ? Tandis que les journalistes s’enthousiasment et que les médecins s’émerveillent, les politiques tergiversent, le tout formant un brouhaha grotesque. L’inaction devient coupable lorsque le nombre de zombies devient préoccupant, chaque semaine en offrant des milliers supplémentaires. Faut-il les renvoyer d’où ils viennent ? Les intégrer à une population inquiète ? Les éliminer ?

Lire la suite

Approvisionnement

Une fidèle lectrice a attiré hier soir mon attention sur la difficulté parfois à se procurer mes ouvrages auto-édités (recueils de nouvelles et « Comme un moineau »).
Je tiens à préciser que ces difficultés ne sont nullement le fait de la société BoD, mais des revendeurs qui méconnaissent le système d’impression à la demande.
Le plus simple pour ces livres précis est de les commander directement sur la librairie de BoD.

Bilan Grésimaginaire

Le week-end dernier, je représentais Livr’S éditions au salon de l’imaginaire « Grésimaginaire » près de Grenoble. Il s’agissait de la 3e édition de ce sympathique salon, qui se tient tous les deux ans.

Je crois que ce que je retiens en premier lieu, c’est la qualité de l’organisation : bétonnée, efficace, sans faille. Un vrai bonheur pour les auteurs (et le public !)… Nous avons été chouchoutés tout le week-end, et nous avons aimé ça.  Lire la suite